Fiche technique du projet Kolorano – Programme Eaurizon

  • Objectif du projet: Prévenir/réduire les conflits d’usage et concilier sécurité hydrique et sécurité alimentaire des populations sur les bassins versants d’intervention.
  • Durée: mars 2016 – juin 2021
  • Financement: Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse,Métropole de Lyon, fondation SAUR, Région Haute Matsiatra, Association Recherche Qualité Environnementale
  • Montant du projet: 335 000 €
  • Partenaires terrain: Nitidae, Métropole de Lyon, Région Haute Matsiatra
  • Coordination générale du projet: Agrisud International
  • Equipe technique locale: deux ingénieurs agronome et un forestier
  • Personne contact: BOTOELA Mahalova Odom, Chef de Projet Kolorano, bureau Région Haute Matsiatra. Coordonnées: 032 07 671 09 botoelaodom@yahoo.fr

Contexte et Objectifs du Projet

A Madagascar, les conflits sont très récurrents entre les projets d’adduction d’eau à usage domestique et l’utilisation de l’eau pour les agriculteurs qui alimentent leurs cultures. Ces risques de conflits sont aussi aggravés par des pratiques agricoles inadaptées (feux de brousse, déforestation, etc…) qui conduisent à une dégradation de la ressource, la pression démographique, l’évolution des modes de consommation alimentaire et les effets du changement climatique, avec, en l’occurrence pour Madagascar, une réduction de la pluviométrie en perspective.

La Région Haute Matsiatra, comme les zones des Hautes terres Malagasy, est fortement exposée à ces enjeux compte tenu de la prédominance de la riziculture irriguée de bas fond, qui est caractérisée par une très faible maîtrise de l’eau avec des infrastructures rudimentaires (canalisation de l’eau d’un bassin amont et drainage partiel), entrainant l’obtention de faibles rendements. Dans ce contexte, le concept de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) revêt un intérêt majeur et constitue une solution durable et pertinente.

Dans le cadre de la coopération décentralisée entre la Métropole de Lyon et la Région Haute Matsiatra, cette question s’est posée pour ne pas compromettre les investissements consentis dans les captages de source et adductions d’eau réalisés dans les communes urbaines et rurales.

Suite aux résultats encourageants de Zambazamba, projet-pilote GIRE mis en œuvre sur la commune de Nasandratrony depuis mars 2014, les différents partenaires techniques, institutionnels et financiers de ce projet ont souhaité répliquer cette expérience sur d’autres communes et bassins versants de la Région Haute-Matsiatra, via le projet Kolorano. Il permet de prévenir/réduire les conflits d’usage et de contribuer à atteindre l’objectif général de « concilier sécurité hydrique et sécurité alimentaire des populations sur les bassins versants d’intervention ».

Pour atteindre cet objectif, cinq volets d’activités sont mis en œuvre :  

  • Améliorer l’action communale en matière de gestion agricole et forestière ;
  • Elaborer les schémas d’aménagement des bassins versants ;
  • Protéger la ressource en eau en amont des captages ;
  • Améliorer la productivité de l’eau en aval des captages ;
  • Mesurer l’impact du programme.

1- Améliorer la gouvernance communale en matière de gestion agricole et forestière : formation de 15 Agents Communaux de l’Eau et de l’Assainissement, installation et accompagnement de 15 pépinières communales ;

2- Elaborer les schémas d’aménagements des bassins versants : sur la base d’un diagnostic des systèmes de production et d’une cartographie fine de l’occupation des sols ;

3- Protéger la ressource en eau en amont des captages : sur 200 ha au total, formation de 150 producteurs à l’installation de couvertures végétales permanentes (dans les périmètres de protection rapprochés des captages) et aux aménagements agro-forestiers sur courbes de niveau (dans les périmètres de protection éloignés). Elaboration de plans de gestion forestière (dans les massifs forestiers déjà constitués) avec priorité à la conversion de taillis en taillis-sous-futaie, diffusion de foyers améliorés et des techniques de carbonisation améliorée ;

4- Améliorer la productivité de l’eau en aval des captages : 125 ha d’aménagements agro-forestiers, formation de 400 producteurs aux techniques économes en eau, particulièrement en terme de riziculture où le Système de Riziculture Intensive (SRI) sera fortement promu par sa capacité à produire davantage avec moins d’eau ;

5- Mesurer l’impact du programme : avant tout sur les ressources en eau mais également sur la biodiversité, le niveau de vie des bénéficiaires et le climat.

Résultats du projet

Depuis son démarrage en mars 2016, le projet Kolorano a pu mettre en évidence les résultats suivants :

1- Améliorer la gouvernance communale en matière de gestion agricole et forestière :

  • Formation de 13 ACEAH en agro écologie ;
  • Formation de 18 pépiniéristes issus des communes d’intervention ;
  • Mise en place de 13 pépinières, dont 4 sur les communes du projet Kolorano et 9 sur celles encadrées plus largement par le programme Eaurizon ;
  • Recyclage des pépiniéristes communaux sur la production végétative (marcottage, greffage et bouturage).

2- Élaborer les schémas d’aménagements des bassins versants :

  • 16 bassins versants répartis dans 10 communes ont fait l’objet d’une description sommaire, puis 10 d’entre eux retenus pour un diagnostic complet sur les systèmes de production agricole et la situation environnementale ;
  • 10 schémas d’aménagement participatif ont été élaborés et les cartes montrant les aménagements à réaliser le long du projet sont disponibles.

3- Protéger la ressource en eau en amont des captages :

  • 200ha de plantation d’arbres forestiers à réaliser ;
  • 4 bassins versants ont été identifiés comme ayant des surfaces forestières suffisantes pour la mise en place de plans de gestion forestière en cours d’élaboration ;
  • 124 charbonniers ont été recensés sur les bassins versants et une formation sur les techniques de carbonisation améliorée est en préparation.

4- Améliorer la productivité de l’eau en aval des captages :

  • 125ha de plantation d’arbres fruitiers à réaliser

5- Mesurer l’impact du programme :

  • L’installation de dispositifs de suivi de l’érosion et du ruissellement sur le bassin versant de Soarano ;
  • Un inventaire de la biodiversité ligneuse réalisé sur 4 bassins versants (Andohala, Midongy, Soarano et Analamitranga) en collaboration avec une étudiante de l’université ESSA[3]

Difficultés rencontrées et solutions apportées

  • la mobilisation des communes pour les pépinières : certaines communes n’ont pas souhaité prendre en charge la gestion de pépinière. Le projet a pu trouver une solution en collaboration avec les pépiniéristes privés motivés et identifiés durant les phases de diagnostic de bassin versant ;
  • la mobilisation des populations pour les aménagements : les terrains à aménager appartiennent en grande partie à la Commune et à des particuliers. Or, si les résultats du projet (augmentation de la disponibilité en qualité et en quantité de l’eau pour l’agriculture et eau potable) bénéficient au plus grand nombre, la population reste hésitante quant à la réalisation communautaire de travaux sur des parcelles privées. Une sensibilisation via des spots radios est donc programmée ainsi que des visites d’échanges avec des communautés ayant déjà bénéficié d’appuis similaires du projet.
  • Feux de brousse : C’est un problème récurrent constaté dans la Région Haute Matsiatra. Les solutions apportées se résument sur la mise en oeuvre des mesures sociales (sensibilisation au niveau communal), des mesures institutionnelles (mobilisation de la Région, de la DREDD, etc.), et des mesures techniques (pare-feu, association foresterie avec des cultures vivrières, gardiennage des bassins versants, etc.)

[3] ESSA : Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques.

Share